en-GBes-ESfr-FRru-RUit-ITzh-CNde-AT

« L’argent suit l’enfant », Ukraine

Point d’attention 13 : Le financement de la protection de remplacement pour éviter les placements injustifiés

Comme dans beaucoup d’autres pays de l’ancienne Union Soviétique, la protection de remplacement des enfants en Ukraine était essentiellement basée sur des structures institutionnelles. Pour pouvoir développer des cadres de protection familiaux ou de type familial, la manière dont la protection de remplacement était financée constituait un obstacle important à dépasser. La prise en charge en institution – qui est également la plus facile à organiser – était financée par le budget de l’Etat central, bien que gérée par les autorités locales. Ces dernières n’avaient donc pas la flexibilité de rediriger les ressources vers d’autres formes de prise en charge.

Un des éléments importants du Décret présidentiel 1086 de juillet 2005 relatif aux mesures prioritaires pour l’amélioration de la protection de l’enfance concernait le développement de « mécanismes pour financer les coûts d’entretien liés aux orphelins et aux enfants privés de prise en charge parentale », en se fondant sur la protection de remplacement de type familial, dans un programme intitulé « L’argent suit l’enfant ». Le but premier était de fournir de meilleures possibilités de financement pour les prises en charge familiales, les foyers de type familial et les placements en famille d’accueil.

Comme ce programme avait été lancé de manière expérimentale, et dans la mesure où la flexibilité qu’il introduisait a été considérée comme un premier pas positif, le gouvernement et ses partenaires ont eu la possibilité d’identifier certaines de ses limitations. En particulier, les subventions étaient dirigées vers les fournisseurs de prise en charge déjà existants plutôt que d’être considérés comme un moyen d’encourager des réponses innovantes et rentables. De plus, elles ne touchaient que les enfants qui étaient déjà dans le système de protection de remplacement et ne permettaient donc pas de soutenir les mesures propres à éviter l’entrée des enfants dans le système de protection de remplacement.

Il s’en est suivi qu’actuellement, un mouvement général s’est mis en marche pour mieux déterminer comment l’allocation des ressources au système doit être mieux redéfinie pour répondre à ces défis.

Pour plus d’information, veuillez consulter: www.unicef.org/ceecis/BilsonCarterReportFinal.pdf (en anglais)

International Social Service, Oak Foundation, SOS Children's Villages International, unicef, ATD Fourth World, Better Care Network, Family for every child, ngo group for the crc, PEPFAR, RELAF, Save the Children, USAID